Bruxelles: 3 militants pro-régime iranien s’en prennent au rassemblement

Place de la Monnaie.
Place de la Monnaie. - D.R. / Twitter

Une cinquantaine de personnes, selon les organisateurs, se sont rassemblées place de la Monnaie à Bruxelles, samedi en fin d’après-midi, pour s’associer aux manifestations qui ont lieu en Iran ces derniers jours. Le peuple iranien proteste contre la réduction des subventions d’État pour les aliments, qui a entraîné des hausses de prix des produits de base allant jusqu’à 300%, alors que plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Les manifestants, des Iraniens de Belgique et des sympathisants de leur cause, en faveur de la démocratie en Iran, se sont mobilisés sur la place de la Monnaie, munis de drapeaux et de portraits de résistants et de martyrs. «Nous faisons ici écho à la voix des courageux hommes et femmes iraniens qui militent pour le pain et la liberté», a déclaré Mehdi Nobari, porte-parole de l’association des réfugiés iraniens en Belgique, Iran-Ref. «Nous exprimons notre solidarité avec les soulèvements qui ont eu lieu à travers tout le pays ces derniers jours».

Les manifestants ont également protesté contre la violence et l’injustice en Iran. «Compte tenu de l’augmentation des exécutions en Iran, dirigée par Raïssi, ainsi que du parrainage du terrorisme international, nous exigeons que l’Union européenne se positionne aux côtés du peuple iranien et de sa résistance dans leur lutte pour la fin de la dictature», a affirmé Mehdi Nobari.

Enfin, les manifestants ont encore rendu hommage aux victimes de la catastrophe d’Abadan, l’une des principales villes de la province du Khouzestan, où un immeuble s’est effondré lundi, faisant 26 morts.

« Coups et blessures »

L’action s’est passée dans le calme jusqu’à l’arrivée, vers 18h00, de trois militants pro-régime iranien qui s’en sont pris aux manifestants. Selon les organisateurs, ces individus ont déchiré des pancartes et ont frappé plusieurs des activistes, qui ont été blessés.

Une patrouille de police, qui se trouvait à proximité, est intervenue. «Il y a eu des coups réciproques», a déclaré samedi soir Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. «Les trois personnes [qui ont perturbé l’action] ont été écartées pour les séparer des autres jusqu’à la fin de la mobilisation. Un procès-verbal pour coups et blessures réciproques sera établi. Les personnes seront convoquées pour être entendues», a-t-elle précisé.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers