Charles Leclerc, en pole au GP de Monaco : « Mon dernier tour a été parfait ! »

Pour la deuxième fois en deux ans, la qualification du GP de Monaco s’est achevée au drapeau rouge. Et pour la deuxième fois en deux ans, Charles Leclerc a signé la pole position. Mais si l’an dernier, le Monégasque avait provoqué le drapeau rouge en tapant le rail, et en le payant le lendemain (boîte cassée dans le tour de mise en grille), cette fois, l’enfant du pays a parfaitement répondu à l’attente de ses nombreux supporters massés aux abords du circuit monégasque.

« C’est très spécial », s’est exclamé Charles Leclerc, qui occupe actuellement la 2e place du championnat, à 6 points de Max Verstappen. « Mon dernier tour a été parfait ! J’étais vraiment à la limite car la voiture survirait pas mal. Mais le chrono est quand même tombé et j’en suis ravi. En plus, c’est génial d’avoir Sainz à côté de moi en premier ligne. Sur le mouillé ou sur le sec, la voiture se comporte en tout cas très bien sur le circuit. »

Sainz : « J’aurais peut-être pu signer la pole »

Un sentiment confirmé par son équipier, puisque Carlos Sainz, après avoir heurté la voiture en perdition de Pérez au virage du Portier (ce qui provoqua la sortie du drapeau rouge à 30 secondes de la fin), affirma qu’il aurait pu signer la pole position s’il n’y avait pas eu ce drapeau rouge ! « Oui, je pense que j’aurais pu prétendre à la pole car le début de mon tour avait été parfait, et c’est vraiment dommage de ne pas avoir pu arriver au bout, mais c’est comme ça. Il rester à finir le job demain. »

Pérez devant Verstappen

Les deux Red Bull pointaient derrière les deux Ferrari, Sergio Pérez devant Max Verstappen, ce qui avait déjà été le cas lors des précédentes séances libres, ce qui ne sembla pas rendre le leader du championnat très heureux. Affaire à suivre en course. Derrière, on retrouvait dans l’ordre la McLaren de Norris, très performant depuis le début du week-end, lui aussi. Puis la Mercedes de Russell (6e), deux rangs devant son équipier Hamilton, lui aussi frustré de ne pas avoir pu boucler son dernier tour en raison du drapeau rouge. Alonso s’est intercalé entre les deux Mercedes, tandis que Vettel et Ocon ont fermé le top 10.

Ricciardo à nouveau en retrait (Q2)

Avant ce bouquet final, Daniel Ricciardo avait été la principale victime de la deuxième partie de qualification (Q2), même si dans le chef de l’Australien, on peut de moins en moins parler d’incident, alors qu’il avoue lui-même ne pas trouver la performance au volant de sa McLaren. Les deux Haas ont logiquement été éliminées également en Q2, au même titre que Bottas, et Tsunoda.

Drapeau rouge : Gasly éliminé en Q1 !

Avant cela, la première partie de qualification (Q1) avait été marquée par un drapeau rouge tombé à 2 minutes de la fin, provoquant indirectement la perte de pilotes comme Gasly et Zhou (en plus des deux Williams et de l’Aston Martin de Stroll) ; deux pilotes qui s’étaient montrés assez performant lors des essais libres, surtout le Français qui, avec Norris, était le plus régulièrement pointé dans le sillage immédiat des Red Bull et des Ferrari ! Un sale coup qu’ils regrettaient d’autant plus que la sortie de ce drapeau rouge était plus que discutable, seulement justifié par un léger contact de Tsunoda sur un rail à la sortie du tunnel. Et le comble, c’est que Tsunoda fut lui invité à poursuivre, vu qu’il avait signé un chrono plus rapide avant cet incident, et que son Alpha Tauri avait fort peu souffert dans ce contact avec le rail.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Formule 1