Droits de l’Homme: l’ONU affirme que sa visite en Chine «n’était pas une enquête»

Droits de l’Homme: l’ONU affirme que sa visite en Chine «n’était pas une enquête»
Isopix

La question des séparations des familles ouïghoures a été abordée avec les autorités chinoises du Xinjiang, a déclaré samedi la cheffe des droits de l’Homme à l’ONU Michelle Bachelet. « Nous sommes conscients du nombre de personnes qui sont à la recherche de nouvelles de leurs proches (…) Cette question et d’autres ont été soulevées avec les autorités », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse en ligne, ajoutant qu’elle avait « soulevé beaucoup de cas, des cas très importants ».

Michelle Bachelet a assuré lors d’une conférence de presse en ligne avoir « entendu » ceux qui lui reprochaient son manque de critiques envers le gouvernement chinois et avoir parlé avec « franchise » aux dirigeants communistes.

La région chinoise du Xinjiang (nord-ouest) a longtemps été le théâtre d’attentats sanglants visant des civils et commis, selon le gouvernement, par des séparatistes et islamistes ouïghours.

Au nom de l’antiterrorisme, le territoire fait l’objet depuis quelques années d’une surveillance draconienne.

Des études occidentales accusent Pékin d’avoir interné plus d’un million de Ouïghours et de membres d’autres groupes ethniques musulmans dans des « camps de rééducation ». La Chine dénonce des rapports biaisés et parle de « centres de formation professionnelle » destinés à éradiquer l’extrémisme.

Après une visite de plusieurs jours au Xinjiang, Michelle Bachelet a exhorté la Chine à éviter les « mesures arbitraires » dans la région.

Le gouvernement régional lui a assuré que le réseau de « centres de formation professionnelle » avait été « démantelé », a affirmé Mme Bachelet.

L’ex-présidente chilienne de 70 ans a par ailleurs assuré que Pékin n’a « pas supervisé » ses rencontres au Xinjiang

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde