Jacques Borlée: «Un athlète noir ne supporte pas d’être dépassé par un blanc» (vidéo)

Vidéos
Jacques Borlée: «Un athlète noir ne supporte pas d’être dépassé par un blanc» (vidéo)

Jacques Borlée a fait une sortie très remarquée mardi soir et est depuis vivement critiqué sur les réseaux sociaux. Invité sur le plateau de LN24, l’entraîneur belge a été amené à expliquer la théorie du syndrome Jesse Owens, en référence au succès de cet athlète noir américain face aux sprinteurs nazis aux Jeux de Berlin en 1936.

« Ce syndrome, c’est le fait que le blanc est terriblement complexé par rapport au noir », énonce-t-il au sujet de ce passage dans son livre où il écrit notamment qu’« un athlète noir ne supporte pas d’être dépassé par un athlète blanc dans les épreuves de sprint ou les relais ». « En finale du 100m, vous trouvez huit noirs. Sur 400m, quand il y avait mes fils, il y avait deux ou trois blancs. Et la plupart du temps, c’est tout le temps les noirs qui sont dominants en sprint. Et donc nous avons le syndrome Jesse Owens. Ils ont quelque chose de dominant par rapport à nous. Et c’est indéniable. Par contre, quand un blanc parvient à montrer qu’il est meilleur qu’eux, ils perdent pied. »

Le père de Jonathan et Kevin Borlée explique alors qu’il a essayé d’appliquer cette théorie dans certains relais et donne pour exemple les World Relays 2015 au Bahamas où la Belgique a fini 3e du 4x400. « Julien Watrin parvient à les dépasser et vous voyez que derrière ce dépassement, il y a un capharnaüm où les quatre ne savent plus comment passer le témoin. »

Alors que les journalistes tentent de rattraper ces propos en généralisant que n’importe quel athlète, blanc ou noir, qui se fait dépasser alors qu’il est supérieur dans sa discipline n’apprécie pas la situation, l’entraîneur conclut : « Oui, tout à fait, mais en général, le noir n’a pas l’habitude d’être dépassé par le blanc ».

Aussi en Athlétisme