Un Couvinois poursuivi pour le viol d’un jeune homme présentant un retard mental

L’homme a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant.
L’homme a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant. - Belga

Quatre ans avec un sursis probatoire partiel ont été requis, mardi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l’encontre d’un homme de 67 ans poursuivi pour un viol commis sur un jeune homme de 25 ans présentant un retard mental, entre janvier 2015 et mars 2016 à Couvin.

Le prévenu n’a pas contesté avoir entretenu des actes sexuels mais estime qu’ils étaient consentis. « Ce jeune homme est quelqu’un de simple mais qui se débrouille très bien. Je me suis dit : pourquoi pas entre deux adultes. Il y a eu une fellation mais quand il a voulu aller plus loin, j’ai arrêté. Je ne comprends pas pourquoi il m’accuse de ça », a-t-il expliqué.

L’homme disait, de plus, être impuissant sexuellement depuis des séances de chimiothérapie subies au début des années 2000.

Selon un expert, le jeune homme n’était pas capable de consentir à une relation sexuelle. « D’après une expertise, il a l’âge mental d’un enfant », a plaidé la partie civile. « On a, avec le prévenu, quelqu’un qui profite des personnes vulnérables pour assouvir ses plus bas instincts », a ajouté le parquet de Namur.

La défense a plaidé l’acquittement et le sursis probatoire à titre subsidiaire, estimant que si relation il y a eu, elle était consentie.

BELGA

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers