L’évolution démographique va peser négativement sur les finances de la FWB

L’évolution démographique va peser négativement sur les finances de la FWB
Belga Image

Pour mémoire, les dotations des Communautés sont alimentées en partie par les recettes de TVA selon deux clés: le coefficient d’adaptation démographique (CAD, qui mesure la variation dans chaque Communauté, du nombre d’individus âgés de moins de 18 ans) ainsi que par la clé-élèves, qui reprend dans chaque Communauté le nombre d’élèves inscrits âgés de 6 à 17 ans).

Or, ces deux paramètres ne cessent de se dégrader en Fédération Wallonie-Bruxelles, a confirmé lundi le ministre du Budget Frédéric Daerden (PS) en réponse à une question en commission du Parlement du député centriste André Antoine.

Pour 2021, cette dégradation du CAD francophone a déjà généré une baisse de recettes de 20 millions d’euros. En 2022, le manque à gagner atteindra 34 millions, puis 75 millions en 2024. D’ici 2030, la perte cumulée se chiffrera à pas moins de 150 millions d’euros.

Quant à la clé-élèves, celle-ci connaît la même tendance et devrait provoquer une baisse des recettes de la FWB de l’ordre de 220 millions d’euros à l’horizon 2030.

Cette dégradation de la clé-élèves en FWB s’explique notamment par le plus grand nombre d’enfants scolarisés à domicile au sud du pays (ils sont quelque 2.500 dans ce cas), ainsi que le grand nombre de parents francophones qui inscrivent leurs enfants dans l’enseignement flamand, jugé de meilleur qualité.

La dégradation de ces deux paramètres vont mécaniquement réduire les recettes de la FWB, ce qui ne l’aidera pas à rééquilibrer ses finances, en déficit chronique depuis plusieurs années déjà.

Interrogé sur cette évolution inquiétante, M. Daerden a indiqué que le Pacte pour un excellence, qui doit relever le niveau de l’enseignement francophone -et donc stimuler son attractivité- était l’une des réponses de la FWB pour inverser la vapeur.

La FWB est dotée d’un budget annuel de quelque 11 milliards d’euros, dont une grande partie sert exclusivement à payer des salaires, ceux des 120.000 enseignants notamment.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique