Crise des sous-marins: l’alliance ne «choque» pas Alexander De Croo

Crise des sous-marins: l’alliance ne «choque» pas Alexander De Croo
Belga Image

L’annonce du pacte de sécurité « Aukus » entre les trois pays a suscité de vives réactions, notamment à Paris. Les ambassadeurs français ont été rappelés à Washington et à Canberra, une démarche sans précédent entre alliés. Cependant, Joe Biden et Emmanuel Macron ont convenu d’arrondir les angles et de renvoyer le diplomate français à Washington.

À présent, il est temps pour les États-Unis de « joindre le geste à la parole », affirme Alexander De Croo. « Dans son discours tenu mardi devant l’Assemblée générale des Nations unies, M. Biden a – comme ces derniers mois – à nouveau mis l’accent sur le multilatéralisme et les bonnes relations avec l’Union européenne », souligne le Premier ministre. « Mais Washington ne joint pas toujours le geste à la parole. Il suffit de penser à la production de vaccins pour s’en convaincre… Contrairement aux États-Unis, la Belgique a toujours gardé les routes commerciales ouvertes, bien qu’il y ait eu des pressions dans notre pays et des réflexes protectionnistes. Au final, nous avons exporté quarante fois plus de doses que nous nous en sommes injectées. »

Toujours à propos du pacte de sécurité trilatéral Aukus, De Croo note que cette alliance n’est « pas un mauvais choix » et qu’elle a sa place dans le monde, « même s’il aurait été logique que l’Europe en ait été informée à l’avance », ponctue-t-il.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde