Rebondissement dans l’assassinat d’André Cools: l’Italie refuse d’extrader Solazzo!

Le ministre André Cools et Cosimo Solazzo.
Le ministre André Cools et Cosimo Solazzo. - Belga

Ce refus d’extradition a pour conséquence qu’il ne devrait pas y avoir de quatrième procès Cools. Le parquet général de Liège a pris note de la décision. Il réagit via un communiqué.

André Cools avait été assassiné en 1991.
André Cools avait été assassiné en 1991. - Belga

« Le parquet général de Liège a pris connaissance avec retard de la décision de la Cour d’appel de Lecce (Italie) devenue définitive le 14 décembre 2020 par laquelle l’extradition de Cosimo Solazzo, condamné dans le cadre de l’assassinat de Monsieur le ministre d’État André Cools, est refusée.

La cour d’appel italienne considère principalement, pour fonder sa décision, qu’il n’existe pas de garanties suffisantes que Monsieur Solazzo, s’il était extradé, pourrait recevoir des traitements diagnostiques, thérapeutiques et alimentaires adéquats et continus, requis par les pathologies graves et chroniques dont il souffre et qui, si elles ne sont pas traitées, pourraient avoir des conséquences exceptionnellement graves pour sa santé.

Monsieur Solazzo ne sera donc pas remis aux autorités belges. Cette décision a pour conséquence que la tenue d’un nouveau procès en Belgique n’est actuellement pas envisageable. Elle ne sera cependant définitivement exclue qu’après la prescription de la peine. Le parquet général ne communiquera pas d’autre information à ce sujet. »

Condamné à 20 ans de prison

Cosimo Solazzo, âgé de 73 ans, avait été jugé en 2004 et condamné par défaut à une peine de 20 ans de prison par la cour d’assises de Liège pour avoir participé, le 18 juillet 1991, à l’assassinat du ministre d’État flémallois, André Cools.

André Cools.
André Cools. - Belga

Selon la justice, Cosimo Solazzo avait loué l’appartement où avaient été hébergés les deux tueurs tunisiens. Ces derniers avaient, par ailleurs, affirmé que Solazzo les avait véhiculés lors des repérages effectués peu avant l’assassinat.

Cosimo Solazzo.
Cosimo Solazzo. - Belga

En 2004, Solazzo n’avait pas assisté à son procès puisqu’il avait pris la fuite, en Italie, lors de l’été 2003 car, selon ses dires, il n’avait plus confiance en la justice belge.

Le parquet général de Liège avait régulièrement relancé la procédure pour tenter de l’intercepter par l’intermédiaire d’un mandat d’arrêt européen.

Arrêté en Italie en avril 2020

Son arrestation en Italie, en avril 2020, relançait la perspective d’un quatrième « procès Cools ». L’arrestation à Veglie, dans la région de Lecce, avait été confirmée au parquet général de Liège par le ministère des Affaires étrangères.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers liégeois