Cindy Bastien: Une «bimbo» attachée à la cité des Hurlus

Cindy Bastien: Une «bimbo» attachée à la cité des Hurlus
B.Libert

Âgée de 35 ans, Cindy Bastien est aujourd’hui l’égérie du 51, un club situé à Menin, tout en multipliant les shootings photos. C’est en 2008 que la Mouscronnoise d’adoption s’est fait repérer grâce aux photos postées sur internet. Deux ans plus tard, elle a participé à l’émission de télé-réalité Dilemme, alors diffusée sur Plug RTL en Belgique et W9 en France, qui l’a révélée au grand public. Depuis, Cindy a multiplié les couvertures de nombreux magazines. Elle a également été mannequin vedette d’une marque de lingerie ou a encore été notamment élue plus belle bimbo d’Europe ainsi que plus beau corps d’Europe.

1 L’endroit de Wallonie picarde où je me sens bien

« Je vais citer sans hésiter le club privé l’Optimiste, chez Joseph (van Calbergh NdlR). C’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup, qui est dans l’Horeca comme moi. Par ailleurs, Joseph est âgé de plus de 70 ans et être encore là à son âge, je trouve cela tout simplement admirable parce que ce n’est pas un métier facile. Il a énormément de mérite. Je me sens bien au sein de son club, j’y suis d’ailleurs toujours très bien reçue. Il m’appelle « sa star préférée ». Je sais que les mesures liées à la crise sanitaire ont été très dures pour le monde de l’Horeca. C’est le secteur qui a été le plus touché. À côté de mes shootings, je travaille au sein du 51 à Menin et nous avons été fermés longtemps. C’est dur, même si on redémarre doucement. On espère désormais juste une chose : ne plus devoir fermer. »

2 L’œuvre d’art ou le monument que j’apprécie

« La statue d’Alfred Gadenne que l’on retrouve sur la Grand’Place de Mouscron, juste en face de l’ancien Hôtel de Ville. Alfred Gadenne était un personnage, un homme aimé de tous. Je l’appréciais énormément car c’était quelqu’un qui ne jugeait pas les gens. Beaucoup de personnes s’étaient permis de me juger quand j’ai commencé à faire de la télévision, ce qu’il n’a jamais fait. J’ai commencé à sympathiser avec lui quand j’ai commencé à faire de la télévision. Il a toujours été très gentil et très respectueux avec moi, ce que j’ai toujours énormément apprécié. Il avait le cœur sur la main, c’était un homme pur comme il n’y en a plus beaucoup de nos jours. Sa disparition, dans de telles circonstances, a été véritablement tragique. C’était un homme si gentil que personne n’aurait pu imaginer pareille chose… Comme beaucoup, j’ai été très choquée. Son décès, si brutal, a provoqué une grande perte pour la cité des Hurlus. Lui avoir fait une statue est pour moi une excellente idée. Elle est à sa place, face à l’ancien Hôtel de Ville. »

3 La personnalité que j’apprécie pour ce qu’elle apporte à la Wapi

« Je vais parler de Stéphane Pauwels, c’est un ami que j’apprécie beaucoup. Il a toujours été très sincère et correct avec moi. J’aime les gens qui ont beaucoup de respect. Il a pendant longtemps été fortement médiatisé et avait toujours un mot pour la région. Suite à ses problèmes, il a connu les côtés les plus sombres de la télévision, voire de la célébrité, où les gens peuvent être véritablement très méchants quand cela ne tourne plus pour toi. Personnellement, j’ai toujours été présente pour lui. Les gens peuvent penser ce qu’ils veulent de Stéphane mais j’ai toujours eu confiance en lui et j’estime que c’est quelqu’un de bien. Même dans sa période difficile, je ne lui ai pas tourné le dos. Je sais que s’il m’arrivait quelque chose, je pourrais compter également sur lui. »

Alfred Gadenne, à jamais sur la Grand’Place

Alfred Gadenne, à jamais sur la Grand’Place
B.Libert

La statue du regretté bourgmestre de la cité des Hurlus, Alfred Gadenne, a été inaugurée le 11 septembre dernier. Une date malheureusement symbolique puisque cela faisait trois ans que le mayeur hurlu perdait la vie dans de tragiques circonstances que l’on ne détaillera plus. La Ville de Mouscron avait alors voulu marquer le coup en demandant à l’artiste Osvaldo Parise de statufier le bourgmestre. L’œuvre a été dévoilée sur la Grand’Place, où elle trônera toujours, devant près de 200 personnes.

On retrouvait notamment au sein de l’assistance des membres de la famille d’Alfred Gadenne, des Baillis ainsi que des représentants de l’autorité communale. La statue représente ainsi le bourgmestre prêt à saluer quelqu’un en lui serrant la main. « La façon dont il serrait la main de ses interlocuteurs et la chaleur qui en rejaillissait le caractérisait. Par cette statue, j’ai voulu représenter le personnage qu’il était », avait signalé à l’époque l’artiste.

Caroline De Winter, nièce d’Alfred Gadenne, avait alors assuré que cette statue permettra de rappeler à tous les Mouscronnois l’homme qu’était son oncle. Depuis son inauguration, nombreux sont les Hurlus et autres visiteurs à avoir serré la main de la statue. Selon certains, cela porterait désormais bonheur. Éternellement, Alfred Gadenne trônera fièrement sur sa Grand’Place.

Un homme amoureux de sa ville

Un homme amoureux de sa ville
B.Libert

Né à Mouscron en 1968, Stéphane Pauwels est ce que l’on peut appeler un véritable hurlu. Il a dans un premier temps travaillé dans le milieu du football où il a notamment mené une carrière de recruteur avant de se tourner vers les médias. C’est au sein de l’émission sportive La Tribune sur le service public qu’il s’est fait un nom dans le milieu télévisuel. Il a par la suite notamment travaillé pour le groupe RTL où il a notamment animé les soirées de Ligue des Champions ainsi que pour divers médias français tels que TF1, RMC ou encore la chaîne L’Équipe. Au plus fort de sa notoriété, l’animateur n’a jamais oublié sa région, et plus particulièrement sa ville natale de Mouscron, pour laquelle il avait toujours un bon mot. Stéphane Pauwels est en effet resté très attaché à sa cité des Hurlus où on pouvait d’ailleurs l’apercevoir très régulièrement.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE MOUSCRON