Coronavirus: AstraZeneca engrange plus d’un milliard de dollars avec son vaccin

Coronavirus: AstraZeneca engrange plus d’un milliard de dollars avec son vaccin
Belga

Ce chiffre correspond à la livraison d’environ 319 millions de doses dans le monde, que le groupe vend à prix coûtant sans profit. Les ventes ont représenté 572 millions de dollars en Europe, et 455 millions dans les pays émergents, selon un communiqué du groupe suédo-britannique.

Le chiffre d’affaires du groupe sur la période a progressé de 23 % sur un an à 15,5 milliards de dollars et le bénéfice net part du groupe de 40 % à 2,1 milliards.

Le groupe souligne que des progrès dans son portefeuille de produits en développement et la récente acquisition d’Alexion soutiennent sa croissance à plus long terme.

AstraZeneca relève ses prévisions de résultats pour l’année entière pour notamment refléter la contribution d’Alexion, dont l’acquisition vient d’être finalisée, mais sans prendre en compte les ventes de vaccin contre le Covid.

« AstraZeneca a généré une nouvelle période de forte croissance grâce à une performance solide sur toutes les régions et dans toutes les pathologies », notamment en oncologie, s’est félicité le directeur général Pascal Soriot.

Le groupe pharmaceutique suédo-britannique avait annoncé mi-juillet avoir obtenu le feu vert du Royaume-Uni pour son rachat à 39 milliards de dollars de la biotech américaine Alexion spécialisée dans les maladies rares.

« AstraZeneca reconnait toujours des risques et incertitudes importantes liées à l’impact du Covid-19, y compris l’impact potentiel de nouveaux médicaments contre le virus actuellement en développement clinique ».

L’élaboration du vaccin contre le Covid-19 d’Astrazeneca, bien que l’un des tout premiers sur le marché alors que le groupe n’était jusqu’alors pas très présent dans les sérums, a été suivie de nombreux problèmes pour le groupe, avec notamment des doutes émis sur son efficacité et des inquiétudes après plusieurs caillots sanguins toutefois très rares au regard des millions de doses administrées. AstraZeneca a été contraint de reporter au second semestre de l’année une demande d’autorisation aux États-Unis.

Le vaccin, qui a été mis au point par l’Université d’Oxford, ne protège en outre pas aussi bien que ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

À cela s’était ajouté un litige avec Bruxelles sur les livraisons de sérums.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Monde