Inondations en Belgique: début de polémique sur le système d’alerte

Des dégâts en partie évitable.
Des dégâts en partie évitable. - Photo News.

Le bilan des inondations en Belgique aurait-il pu être moins lourd ? Critiquée par des sinistrés pour un manque d’anticipation, la région de Wallonie a promis la transparence sur les failles supposées du système d’alerte aux risques de crues.

Dans un communiqué transmis vendredi à l’AFP, le ministre wallon du Climat Philippe Henry estime que la « clarté complète » est due à la population et que son administration doit fournir des explications.

Des sinistrés se sont en effet plaints de ne pas disposer de toutes les informations, notamment sur un barrage saturé dont les vannes ont été ouvertes, sans que tous les riverains n’aient été évacués préventivement.

Les fortes crues provoquées par plusieurs jours de pluies diluviennes ont causé la mort d’au moins 36 personnes les 14 et 15 juillet, principalement dans les vallées de l’est de la Wallonie, la partie francophone de la Belgique.

Onze personnes étaient encore portées disparues, selon le dernier bilan vendredi du centre de crise national.

Or, les gestionnaires d’un système d’alerte européen sur les risques de crues (European Flood Awareness System, Efas) affirment qu’entre le 10 et le 14 juillet ils ont envoyé « plus de 25 notifications aux autorités nationales compétentes » des pays traversés par le Rhin et la Meuse.

Leurs prévisions faisaient état dès les 9 et 10 juillet d’« un risque élevé d’inondation pour le bassin de la Meuse, touchant la Belgique », ont-ils aussi relevé sur leur site dès le lendemain du drame, le 16 juillet.

Le ministre s’explique

À qui sont parvenues ces notifications ? Ont-elles été bien transmises ? Les autorités belges ont-elles réagi trop tard ?

Philippe Henry explique avoir entendu depuis une semaine, dans les communes sinistrées, ces « questions légitimes », auxquelles il veut apporter une réponse.

Une première est arrivée vendredi après-midi : l’administration de sa région, le Service public de Wallonie (SPW), a assuré que « seuls quatre des 24 emails » reçus de l’Efas du 10 au 14 juillet concernaient le territoire régional.

Ces « notifications » étaient émises parfois « avec un certain niveau d’incertitude », s’est défendu le SPW dans un communiqué. Les risques évoqués concernaient l’Ourthe, qui se jette dans la Meuse, mais ni ce grand fleuve lui-même, ni la Vesdre (autre affluent).

« Épisode pluvieux inédit »

« Il est important de rappeler que même les prévisions les plus pessimistes en matière de précipitations ont été largement dépassées par cet épisode pluvieux inédit, tant par son intensité que par la superficie du territoire touché en particulier sur la Vesdre », ajoute cette administration.

Au cœur des interrogations en Belgique figure aussi la question du délestage de ce barrage situé à Eupen, en amont des communes de la vallée de la Vesdre.

Son délestage, le 14 juillet dans l’après-midi, a conduit certaines communes à ordonner des évacuations au bord de la Vesdre, alors que d’autres ont visiblement mal anticipé un renforcement du débit de cette rivière.

La commune de Verviers, qui compte parmi les plus touchées par les inondations, avec des milliers d’habitants à reloger, diffusait à sa population un message rassurant peu avant cette opération.

« Nous sommes au courant du délestage d’eau prévu par le barrage d’Eupen d’ici 17H00. Par mesure de précaution, et à la suite d’un arrêté du gouverneur, certaines communes ont fait évacuer les zones à risque », écrivait la commune sur son site. « Toutefois, Verviers ne devrait pas être impactée de manière significative », était-il ajouté.

Pour éclaircir cette question des barrages, M. Henry s’est engagé à confier à un bureau d’études « une analyse indépendante sur la gestion des voies hydrauliques ». Il souhaite disposer de conclusions « dès la fin de l’été ».

Ces inondations ont également fait au moins 177 morts dans l’ouest de l’Allemagne. Des crues ont aussi touché le Luxembourg, les Pays-Bas puis l’Autriche quelques jours plus tard mais sans y faire de victime.

Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION