La bande dessinée retrouve un festival avec 48H BD

Illustration
Illustration - Belga Image

« C’est une reprise de l’activité pour la BD, et des retrouvailles avec le public bienvenues pour les libraires », affirme à l’AFP le président de ce festival, François Capuron.

Le Festival international de la BD d’Angoulême, qui pour 2021 avait prévu une édition grand public en juin, y a renoncé en raison de l’épidémie de Covid-19. Le festival de la BD de Puteaux, dans la région parisienne, prévu fin mai, a été annulé. Et celui de Bastia (sud), qui se tient normalement en mars, a été décalé en septembre.

À Bruxelles, l’Expérience BD, formule de la Fête de la BD adaptée aux mesures sanitaires en vigueur à l’époque, avait, elle, accueilli quelque 10.000 personnes à la Gare maritime de Tour & Taxis entre le 11 et le 20 septembre derniers. En 2019, l’événement avait rassemblé plus de 100.000 mordus de phylactères. En pleine pandémie de coronavirus, l’édition 2020 avait donc dû se réinventer, notamment en imposant un système de réservations (gratuites), le port du masque et le respect de la distanciation sociale.

Pour 48H BD, qui a traditionnellement lieu en avril, le pari d’une édition les 4 et 5 juin a été le bon. « On n’a pas senti de limitations, de freins dans les demandes et les idées pour chaque événement », se félicite François Capuron.

Quelque 350 animations gratuites sont prévues dans les librairies, médiathèques, établissements scolaires et en ligne, en France comme en Belgique. Environ 1.500 librairies seront mobilisées, dont une centaine au Plat pays. La carte est disponible sur 48hbd.com.

Offrant 200.000 albums à 2 euros, ce festival associe 10 éditeurs petits ou moyens, d’Ankama à Delcourt-Soleil et Glénat-Vents d’Ouest, en passant par le belge Kennes ou le suisse Paquet.

D’après son président, l’événement « permet de faire travailler ensemble des éditeurs avec des perspectives très différentes, mais qui s’entendent très bien. Cela change de la logique d’Angoulême, où ce sont surtout les gros éditeurs qui ont la parole ».

Notre sélection vidéo
Aussi en CULTURE