Les étangs de Recht et St-Vith s’ajoutent aux zones de baignade régionales autorisées

Au Lac de Robertville.
Au Lac de Robertville. - archives F.H.

Par rapport à l’année passée, trois zones supplémentaires seront ouvertes à la baignade: le «canal-plage» à Estaimpuis - un nouveau site - ainsi que les étangs de Recht à Saint-Vith et le lac de Neufchâteau, tous deux rouverts grâce à l’amélioration de la qualité de l’eau.

« Au total, sept zones de baignade - trois cette année et quatre l’année passée - ont été créées ou rouvertes depuis le début de la législature. Après la période difficile que nous venons de traverser, je me réjouis que l’on puisse profiter de ces zones plus nombreuses et dont la période d’accès a été élargie » a souligné la ministre.

Sont maintenues les zones de baignade des lacs de Robertville et de Bütgenbach (au Centre de Worriken). Par contre, Coo n’est toujours pas du lot.

« L’objectif pour l’an prochain, c’est de poursuivre dans cette voie et de gagner encore un mois, en ouvrant la période de baignade en plein air le 1er mai », a-t-elle ajouté.

Dans ce cadre, un appel est également lancé aux communes afin qu’elles informent l’administration wallonne de nouveaux sites potentiels, une prospection rendue possible par l’amélioration de la qualité de l’eau au cours des dernières années. Entre 2010 et 2020, le nombre de zones de baignade décrochant la mention « excellent » pour la qualité de leurs eaux est ainsi passé de 9 à 19.

« Les investissements régionaux en matière d’assainissement des eaux usées, et notamment la construction de stations d’épuration collectives, la pose de nouveaux égouts ou encore l’installation de systèmes d’épuration individuels en zone d’assainissement autonome, ont permis une amélioration de la qualité bactériologique de l’eau. Une campagne de prospection et d’analyses va donc se poursuivre cet été sur neuf sites, notamment le long de la Semois, sur la Meuse à Jambes, au lac de la Plate-Taille à Froidchapelle ou encore au lac des Doyards à Vielsalm en vue de l’ouverture de nouveaux sites dans les années à venir », a encore précisé Céline Tellier.

Lire aussi d-20200717-GH1R3K

Pour rappel, les sites officiels de baignade wallons sont contrôlés par le service public de Wallonie et l’ISSEP (Institut scientifique de service public). Leurs données sont mises à jour chaque semaine durant la saison balnéaire.

Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION