Vottem: un lotissement d’une centaine de logements en projet

Un terrain de 5,3 hectares, enclavé entre les rues Visé-Voie, du Vicinal et des Trois Fermes.
Un terrain de 5,3 hectares, enclavé entre les rues Visé-Voie, du Vicinal et des Trois Fermes. - D.R.

Une centaine de logements devrait donc voir le jour, dans les années à venir, à Vottem. Ce projet de lotissement est situé sur un terrain de 5,3 hectares, enclavé entre les rues Visé-Voie, du Vicinal et des Trois Fermes. Le projet n’en est vraiment qu’à ses prémices puisqu’on n’en est qu’à la première étape : l’étude d’incidences.

Dans les grandes lignes, il prévoit l’aménagement d’une voirie circulaire à l’intérieur de la zone pour desservir le lotissement, avec un accès par la rue du Vicinal et un autre par la rue Visé-Voie. Les 5,3 hectares ont été découpés en 95 lots qui pourront accueillir, au total, une centaine de logements. Tout cela doit bien évidemment être affiné par les auteurs de projets, notamment via le résultat de l’étude d’incidences et les remarques de la population et de la Ville de Herstal.

Mais avant même d’en connaître les premiers plans, ce lotissement avait déjà beaucoup fait parler de lui. Il est en effet à l’origine de l’annulation, par le Conseil d’État, du Règlement Communal d’Urbanisme, mais aussi de l’amputation du Schéma de Structure Communal. Deux règlements majeurs de l’aménagement du territoire. En élaborant son S.S.C., la Ville prévoyait d’inscrire ces fameux 5,3 hectares en « bande verte ». L’idée était de créer une zone tampon entre zone rurale et zone urbaine. Ces 5,3 hectares, pourtant inscrits en zone d’habitat au plan de secteur, n’auraient alors pas pu être urbanisés avant plusieurs décennies. Ce qui n’a évidemment pas plu aux propriétaires qui ont introduit un premier recours au Conseil d’État contre le S.S.C.. Une instance qui leur a donné raison, annulant partiellement le document et les dispositions prises pour leur terrain. La Ville, campant sur ses positions, a alors voulu contourner la décision en inscrivant cette bande verte dans son R.C.U.. Même décision, même conséquence. Les propriétaires ont alors une fois de plus introduit un recours au Conseil d’état et ont à nouveau obtenu gain de cours, faisant cette fois annuler l’entièreté du R.C.U.. Un dernier jugement rendu en juin qui donne le droit aux propriétaires de faire ce qu’ils veulent, ou presque, de leur terrain.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu de Basse Meuse